fbpx

Se fixer des objectifs gagnants – Spécial PACES/PASS/LAS

Objectif gagnant - PACES/PASS/LAS

Qui envisagerait de courir un marathon sans la préparation et l’entraînement adéquate ? Si réussir ton année peut, de prime abord, paraître nécessiter moins d’organisation qu’une prouesse athlétique, cet objectif académique en partage pourtant plusieurs caractéristiques. Apprendre de manière efficace et régulière, préparer tes examens de façon optimale, t’entraîner à ceux-ci en effectuant des exercices ou en consultant des annales, judicieusement alterner les phases de travail et de repos …  A bien des égards, obtenir ton année d’étude nécessite l’adoption d’une organisation solide, d’autant plus au sein d’un cursus aussi exigeant que celui de la médecine.

L’organisation repose sur un principe clé : la fixation d’objectifs. En effet, si c’est en te fixant des buts que tu progresses pas à pas vers l’avenir, ce chemin pour parvenir à tes fins est, à la façon des repères balisant la piste d’un coureur à chaque kilomètre parcouru ; jalonné d’objectifs. Aussi, en t’impliquant dans un apprentissage efficace, tu progresses d’objectifs en objectifs (de leçons en leçons) jusqu’à ton but final (l’obtention de ton année d’étude ou de ton concours, par exemple).

Certes, néanmoins tu as probablement en mémoire, comme chacun d’entre nous, au moins une résolution que tu n’as pas réussi à tenir, un examen révisé à la hâte ou un devoir n’exprimant pas l’étendue de ton potentiel. En ce cas, comment pourrais-tu te fixer des objectifs gagnants, te permettant de conjuguer effort et plaisir sur le chemin de la réussite universitaire ? La psychologie offre plusieurs pistes de réponse à ce sujet.

1 – Les 3 critères des objectifs gagnants

Un objectif n’est pas seulement une idée abstraite : il s’agit d’une feuille de route, dont la qualité de la rédaction joue grandement dans l’atteinte du résultat que tu convoites. Au fil de plus de 40 ans de recherches dédiées à la motivation dans le secteur de l’entreprise, les chercheurs Locke et Lathman ont été en mesure d’établir une relation nette entre objectifs et performance au travail.

Pour conserver la motivation nécessaire à la complétion d’un but, ils mettent ainsi en avant les trois critères des objectifs gagnants : être difficilesspécifiques et auto-définis. Ces critères caractérisent les objectifs le plus souvent atteints par les participants de leurs études.

1.1     La difficulté

Il est tout d’abord conseillé de se fixer des objectifs exigeants, ceux-ci étant souvent plus intéressants en termes de gains pratiques (argent, réussite sociale) et psychologiques (ils apportent un sentiment de fierté, de compétence et favorisent l’estime de soi). C’est la perspective de ces récompenses stimulantes et d’un projet complexe qui pousse à ne pas compter ses efforts. Ainsi, en tant qu‘étudiant en médecine, tu peux te fixer pour but la réussite de son année, et comme objectifs le fait d’améliorer ou stabiliser ton classement aux examens intermédiaires, sans verser dans l’irréalisme (n’exiger de toi qu’une place de major de promotion ou des notes astronomiques, si tu peines généralement à atteindre la moyenne).

1.2    La spécificité

En plus d’être complexe, un objectif se doit également d’être précis pour être efficace. Pour ça, il faut bien définir les résultats attendus. Tu ne peux donc te contenter de poursuivre le seul objectif de « faire de ton mieux », puisque – bien qu’il s’agisse d’une formule pleine de positivisme – cibler un objectif donné (de nature plus quantitative que qualitative : une note, un positionnement dans un concours, etc. …) t’offrira des repères plus clairs tout en renforçant ta motivation. Tu devrais donc préférer la formulation d’objectifs définis dans le temps et dans l’espace, précis et sans ambiguïtés (par exemple : « je vais apprendre ces trois chapitres pour lundi matin » plutôt que : « je vais progresser un maximum dans mes révisions, et m’arrêter quand je le sentirai »).

1.3     Autodéfinition

Pour finir, l’objectif idéal est un objectif personnel, dans le sens où il n’émane que de ta propre personne. De fait, tu manifesteras davantage de volonté en PASS ou en LAS si la carrière de médecine constitue un rêve personnel, plutôt qu’une ambition familiale à laquelle tu souscris.

2 – Se montrer ambitieux, non irréaliste

En PASS ou en LAS, une charge de travail conséquente associée à un niveau d’exigence et de sélection rude incitent à viser l’excellence. Si désirer obtenir les meilleurs résultats possibles est louable, la recherche démontre qu’avant de viser la rétention parfaite de tes cours ou la première place du classement, il convient d’abord de se fixer des objectifs atteignables. En effet, si chaque but auquel tu t’astreins constitue une forme de pari sur l’avenir, un défi que tu te lances, tu estimes toujours inconsciemment les efforts que sollicitent une tâche avant de t’y adonner pleinement. Ce coût est ensuite mis en balance avec le plaisir ou le déplaisir immédiat généré par l’action à laquelle tu t’adonnes (par exemple, apprécier ou non de t’investir dans ta séance de révision), à court-terme après sa complétion (obtenir une note satisfaisante suite à cette séance d’étude sérieuse) et à long-terme (réussir ton année d’étude).

Néanmoins, si l’objectif global autour duquel tes séances de révision sont organisées est inatteignable, il sera nécessairement abandonné à un moment ou un autre, puisque les efforts investis vers ce but te sembleront sans résultat, en étant systématiquement déçus. C’est ce que démontre Victor Vroom dans sa théorie des attentes (1964), en définissant la motivation comme le résultat d’une équation simple : V x I x E ; Valeur x Instrumentalité x Expectation. Mais que signifie cette définition mathématique ? Selon ce professeur en psychologie du management, pour s’engager dans un objectif, tu dois d’abord estimer satisfaisante la valeur des avantages qui résulteront de tes efforts (la valence), croire au fait que tes efforts aboutiront à une forme de récompense (l’instrumentalité) et, enfin, croire en ta capacité à atteindre le résultat visé (l’expectation).

Si cette théorie souffre d’une échelle de valeur imprécise pour quantifier ces trois dimensions, le principe de la multiplication demeure particulièrement intéressant. En effet, si l’un des trois critères est égal à zéro, c’est l’équation entière qui aboutit à un résultat nul. Autrement dit, si tu estimerais certainement ton objectif de devenir major de promotion comme vecteur d’une forme de récompense satisfaisante et agréable dans le futur (pour ton estime de toi, ta carrière, etc.), si tu devenais convaincu de ton incapacité à y parvenir (après avoir reçu des premières notes décevantes, par exemple), cela ruinerait les autres dimensions ; et impacterait durablement à la fois ta performance, ta motivation et ton mental.

3 – Fragmenter ses buts

Mais alors, s’il est nécessaire de se fixer des objectifs ambitieux, porteurs de challenge mais néanmoins inscrits dans la limite de nos compétences, quelles stratégies mettre en place pour parvenir, concrètement, à son but ?

Afin d’éviter qu’un objectif n’apparaisse inatteignable à la moindre déconvenue, il est conseillé d’opter pour une fragmentation des tâches à effectuer. Si tu te sens débordé par la masse de notions qu’il t’incombe de maîtriser, tu peux ainsi tenter de décomposer ton travail en étapes qui, si elles pourront te paraître insignifiantes de prime abord, permettront de générer un feedback positif à chaque complétion, de sorte à t’encourager à continuer sur ta lancée. La lecture des cours, la réalisation de fiches, les sessions de révisions et les exercices préparatoires aux examens constituent des exemples de découpages parmi d’autres, ne demandant qu’à être adaptés aux spécificités et aux méthodes de chacun. A noter que la rédaction de tes objectifs est à privilégier par rapport à leur mentalisation, la forme écrite te permettant de les clarifier ainsi que de tenir trace de leur évolution dans le temps.

Néanmoins, cette division du travail n’a de sens que si elle s’allie à un planning intelligemment conçu. Si tu as pour objectif de maîtriser ton programme, tu auras ainsi tout intérêt à t’adonner à des séances de révisions régulières pour le maîtriser plutôt qu’à un bachotage massif dans les jours précédant l’un de tes examens. L’acquisition de connaissances solides nécessite, en effet, des sessions de révision tout aussi sérieuses, régulières et espacées dans le temps selon des intervalles définies.

Si la Méthode des J permet notamment de concevoir un calendrier de révision optimal, il n’est toutefois pas toujours aisé d’organiser ces séances par toi-même, que ce soit par manque de temps ou de connaissances en matière de psychologie de l’apprentissage. C’est la raison pour laquelle N’oublie Jamais propose aux étudiants un accompagnement et un calendrier de révision personnalisée (l’application « Réviser avec N’oublie Jamais »), afin d’effectuer les piqûres de rappel aux moments adéquates, de façon à leur faire économiser un temps de travail précieux.

4 – Insuffler du sens

Pour conserver intacte ta volonté d’atteindre tes objectifs académiques, il est important que tu actives certains leviers motivationnels. En effet, nous savons que l’accomplissement d’une tâche, pour susciter l’engagement , doit mener à la perception de récompenses d’ordre tant pratique que psychique. Néanmoins, au fil de l’année intense et éminemment théorique que constitue ton année de PASS ou de LAS, il est probable que les objectifs t’ayant conduit  dans ce cursus en premier lieu s’étiolent peu à peu, si le travail finit par se réduire à un automatisme. Pour y remédier et te fixer les objectifs les plus pertinents possibles,  tu as tout intérêt à te remémorer les raisons t’ayant incité à te tourner vers ce choix d’études, ou encore la carrière professionnelle que tu entends construire. Une telle recontextualisation de ta présence dans cette filière permettra de redonner du sens à des leçons pouvant sembler abstraites, si tu conserves en mémoire le fait que chacun de tes savoirs pourra donner lieu à une application concrète dans l’avenir.

Pour finir, afin d’insuffler du sens à tes sessions d’étude, tu peux aussi prendre l’habitude de systématiquement clarifier l’objectif de tes cours et leurs notions essentielles à retenir. Cela aura pour effet de t’aider à auto-réguler ton apprentissage, c’est-à-dire de faire le point sur les savoirs acquis et ceux à consolider.

5 – Conclusion

Du latin objectum, le terme objectif fait référence à « ce qui est placé devant. » Cette mise au premier plan d’un but permet à l’individu d’organiser sa vie, comme à l’étudiant que tu es de définir son parcours d’apprentissage, à une échelle plus restreinte.

Dans cet article, nous avons explicité le fait que chaque action soit dirigée vers un but, pour lequel il est crucial de savoir identifier les étapes nécessaires à son atteinte ; mais encore faut-il que ces objectifs soient correctement choisis. Là où une personne cherchant à développer ses connaissances et ses compétences s’inscrit dans un état d’esprit de croissance (lien vers mon article), une autre ayant pour unique moteur l’évitement de l’échec mettra en exergue un état d’esprit fixe. La fixation d’objectifs exerce donc un impact conséquent sur la performance au travail, rendant d’autant plus importante l’adoption de stratégies de planification, de concentration et de mémorisation adaptées pour garantir ta réussite académique.

Bibliographie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.